Langue & littérature Françaises

Langue & littérature Françaises, Djelfa (Centre Universitaire Ziane Achor) - Algérie
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La poésie: La ballade

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
ADNANE

avatar

Messages : 8
Date d'inscription : 20/05/2008
Age : 31

MessageSujet: La poésie: La ballade   Mer 21 Mai - 11:03

Qu'est-ce que la « ballade » ?

La ballade, de baller, qui voulait dire « danser ». On trouve ce mot pour la première fois en français chez Adam de la Halle en 1260.

La ballade est une espèce de rondeau composé de trois couplets et d'un envoi, en vers égaux, avec un refrain, c'est-à-dire avec le retour du même vers à la fin des couplets, ainsi qu'à la fin de l'envoi. Les trois couplets sont symétriquement égaux, soit pour le nombre des vers, soit pour l'enlacement des rimes. Le couplet est une stance de huit, de dix ou de douze vers, divisée en deux parties égales, c'est-à-dire qui présente un sens complet au milieu. L'envoi, qui répond ordinairement à la seconde partie de la stance, n'est qu'un demi-couplet, de sorte que la pièce entière se compose de 28, 35 ou 42 vers. Il faut noter aussi que l'envoi nomme le dédicataire du poème: « Prince », « Princesse » ou « Sire ». Bref, les parties correspondantes des trois couplets sont sur les mêmes rimes; et l'envoi conserve les rimes de la partie à laquelle il répond.
Ce petit poème a de la grâce et de la régularité dans sa forme; et quand le refrain en est heureusement amené à la fin des couplets, il leur donne un tour très piquant. Nos anciens poètes, comme Villon et Marot, n'y ont employé que les vers de dix et de huit syllabes, celui de douze étant trop grave et trop pesant pour un poème qui doit garder la naïveté du vieux temps.



Les deux formes les plus fréquentes de la ballade sont:

la petite ballade: trois huitains d'octosyllabes suivis d'un quatrain;

la grande ballade: trois dizains de décasyllabes suivis en principe d'un quitil, telle la célèbre ballade de Villon « Pour prier Notre Dame », ornée dans l'envoi (de sept vers) du nom du poète en acrostiche.

On parle aussi de ballade balladante qui est un cas particulier de ballade, avec trois septains d'heptasyllabes (ababbc) et un envoi de quatre vers (bbcc). Après une longue période de très grand succès (du XIVe au début du XVIe siècle), la ballade est en désuétude dès le milieu du XVIe siècle et, au siècle suivant, Molière fait dire à Trissotin (personnage des Femmes savantes):

La ballade à mon goût est une chose fade

Ce n'en est plus la mode, elle sent son vieux temps.

On trouve la ballade au XIXe siècle mais sans forme fixe sous la plume de Victor Hugo (Odes et Ballades) ou encore de Musset (« Ballade à la lune »); ce sont les Parnassiens qui reviennent au schéma originel.


ADNANE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www2.TonWoW.com
 
La poésie: La ballade
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La ballade du charlatan
» Ballade à VAILHAUQUES (34)
» Ballade nocturne.
» LA BALLADE DE LA BALLE ELASTIQUE... de Stephen King
» Ballade à la lune

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Langue & littérature Françaises :: Genres littéraires-
Sauter vers: